À quelques kilomètres au nord-est de Falbourg se dresse une ancienne caserne militaire reconvertie en institut privé pour jeunes femmes. La route qui passe à proximité n'est que peu fréquentée, ne menant véritablement nulle part. En passant devant, on ne verrait que de hauts murs repeints en blanc ainsi qu'un immense portail métallique avec, sur une plaque, le nom de l'endroit : Institut Privé de Borneuil. Un visiteur égaré se demandera peut-être ce qui se passe derrière ces hauts murs. Quoi qu'il pensera alors, il sera loin de la réalité...

Comment pourrait-il imaginer ces bâtisses à peine rénovées, ces salles de classe désuètes et ces dortoirs réaménagés, ces gymnases et terrains de sport d'un autre temps, ces vastes cours de récréation et ces arbres centenaires ?

 

Cet institut reçoit principalement en pension des jeunes femmes de 18 à 22 ans, envoyées ici par leurs riches parents ou tuteurs. Pour une meilleure éducation... ou une rééducation. Car les méthodes employées sont pour le moins surprenantes. L'ensemble des professeurs et de l'encadrement n'est constitué que de femmes, depuis la directrice jusqu'aux employées des cuisines ou de l'entretien. Seule une équipe d'une douzaine d'hommes, demeurant dans une maison à l'entrée de l'institut, sert de service de sécurité... et est chargée de quelques punitions particulières...

 

Punition... Le maître mot de la direction concernant les demoiselles dont elle a la charge. Les matières étudiées sont classiques mais les familles savent-elles que la plupart des employées sont des lesbiennes aimant les fruits encore un peu verts ? Que certaines surveillantes sont d'authentiques sadiques ? Que les punitions corporelles, les humiliations, les sévices et les asservissements sexuels sont monnaie courante ? Que les anciennes choisissent des "chouchous" parmi les nouvelles pour en faire leurs chiennes lécheuses ? Que d'ignobles bizutages ont lieu à chaque nouvelle rentrée ?

 

Et les jeunes femmes qui ressortent au bout de trois ou quatre années se plaignent-elles ensuite d'avoir été violentées, humiliées ou souillées... sexuellement abusées ? Certaines vont-elles dire avoir été contraintes de satisfaire des hommes venus en catimini sur autorisation de la direction pour "s'amuser" avec elles ? D'autres avoueront-elles que des professeurs leur ont faites découvrir l'homosexualité, la soumission et le masochisme ? Et même les plus marquées, celles qui auront subi les pires avanies, les punitions les plus dures ou les plus avilissantes, celles-ci iront-elles déposer plainte ?

 

Il faut croire que non. L'institut est ouvert depuis des années et connait un certain succès parmi les familles nanties... De plus, la majorité des jeunes pensionnaires ne vient pas de Falbourg. C'est donc que l'incongruité les a laissé pénétrer cet endroit...

 

Qui soupçonnerait un univers clos et presque exclusivement féminin derrière ces hauts murs ? Qui irait croire que, dans les dortoirs, la nuit, se jouent des drames entre les lits grinçants et les parquets qui craquent ? Personne...



Comment ça fonctionne ?

Les récits sont proposés gratuitement en PDF. On y accède en cliquant sur la couverture choisie ou sur le bouton "version ePub" si vous préférez ce format. Un lien vous mène alors au texte, hébergé sur un site de partage. Aucune inscription n'est requise.

L'orientation sexuelle et le nombre de pages sont dans une couleur spécifique :

Jaune pour les mésaventures (Textes courts de moins de 20 pages)

Orange pour les nouvelles (Histoires plus longues)

Rouge pour les romans (Récits longs et chapitrés)

Les Histoires

Gaëlle

Lesbien, 20 pages

 

Gaëlle, surprise avec Ursule et deux camarades, doit maintenant se rendre régulièrement, de nuit, chez la surveillante générale de l'étage...

Ursule

Lesbien, 20 pages

 

La superbe Ursule, soumise à deux aînées, se voit offerte comme cadeau de Noël à une camarade qui a un petit contentieux à régler...

Delphine

Lesbien, 21 pages

 

Delphine Marisson, la surveillante antillaise, se voit confier deux punitions dans la même journée. Et si elle faisait d'une pierre deux coups (de cravache) ?

Victoria

Lesbien & Souillures, 18 pages

 

Victoria et sa meilleure amie, prises en flagrant délit de triche, subissent une mortifiante punition, qu'elles n'oublieront sans doute jamais...

Marie-Chantal

Lesbien, 115 pages

 

La première année de Marie-Chantal dans l'institut. Mois après mois, elle découvre ce qui se cache derrière le vernis de la respectabilité et en apprend plus sur elle-même.

Séverine

Lesbien, 21 pages

 

Une étudiante un peu trop ronde pour les critères de l'institut se voit contrainte de suivre un programme de maintien assez... particulier. 

Laura

Lesbien, 17 pages

 

Laura, une jeune pensionnaire de l'institut, manque de respect à la surveillante générale. Celle-ci va obtenir réparation : une punition en privé.

Donner votre avis ?

Cliquez simplement sur "Vos Commentaires" pour vous rendre à la page dédiée. 

l2a

(lundi, 26.janvier 2015 14:50)

Encore une magnifique histoire avec Ursule, dont rien que le nom de famille fait déjà résonner des accents sadiens et de la plus belle littérature érotique... mais aussi salace ! Consensuel peut-être (et encore, c'est à discuter :) ), mais en tous cas dépravé à souhait, merci à vous, dark gemini, pour ce nouvel opus tout à fait délicieux !

Les réponses

 

Bonjour l2a,

 

C'est toujours avec grand plaisir que je reçois vos commentaires, en public ou en privé. J'espère vous régaler encore longtemps avec mes récits... et que vous nous régalerez avec les votres. Désormais, vous contribuez à bâtir, vous aussi, la Ville Maudite. 

A très bientôt, cher ami auteur/lecteur !

Dark Gémini

Comment me joindre :

Une question à poser ?

Utilisez simplement l'onglet Contact

Actualité récente :

Sites Partenaires :

<< Nouvelle image avec texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© dark-gemini.com 2012-2017 - Tous droits réservés